Comment etre heureux grace a la psychologie

Par Ali Chahat | Spiritualité

Comment etre heureux grace a la psychologie

S’il est bien un sujet qui intéresse universellement les gens, et ce, peu importe leur origine et différences, c’est assurément la poursuite du bonheur. Il n’y a qu’à regarder le rayon amélioration personnelle de toutes les librairies pour se rendre compte du nombre de livres qui prétendent montrer comment être heureux. Mais le fait est que la majore partie de ces livres, si ce n’est tous, n’ont aucune base scientifique, et n’apportent donc rien de concret dans cette quête (Bergsma, 2008 ; Norcross et al., 2000). Et pourtant, ce fait alarmant n’empêche pas les gens de continuer à s’instruire pour essayer de percer les secrets du bonheur.

Soyez libre de passer le test scientifique du bonheur pour vous positionner

C'est réservé aux membres du club privé. C'est Gratuit, mais il faut faire une demande.

C’est pourquoi nous avons décidé de faire une méta-analyse de toutes les recherches en psychologie concernant le bonheur, pour vous proposer dans un premier temps une explication sur ce qui fait que nous sommes heureux ou non, et dans un second, vous apporter de nombreux exercices pratiques qui ont été scientifiquement identifiés comme augmentant votre niveau de bonheur. Donc soyez attentif, car votre vie pourra s’en voir changée à jamais.

I. Quels intérêts à être plus heureux ?

Pourquoi être heureux ?

Les perspectives positives découlant du bonheur sont très nombreuses. D’une manière générale, une personne heureuse sera cognitivement plus performante, plus créative, plus intelligente, plus apte à apprendre, et possèdera plus d’énergie. De plus, en 2005, Lyubomirsky montra les résultantes de ces avantages dans le monde du travail :

  • Meilleur garantie de trouver un emploi.
  • Meilleur à garder son emploi.
  • Plus productif (31% d’avantages sur les personnes aux perspectives neutres ou négatives).
  • Plus de ventes (37% d’avantages sur les personnes aux perspectives neutres ou négatives)
  • Plus apte à résister aux épreuves de la vie.
  • Moins d’épuisement professionnel (cf. burnout).
  • Moins de rotation de l’emploi (cf. turnover).

On peut aussi relever des bienfaits dans d’autres domaines comme le fait de se faire plus facilement des amis, de créer des relations plus fortes, d’être en meilleure santé, et même de vivre plus longtemps selon certaines études (cf. bibliographie). Les intérêts découlant du fait d’être heureux ne sont donc plus à démontrer. Dès lors, atteindre le bonheur devrait être la priorité de tout nouvel homme.

II. Comment devenir plus heureux ?

Devenir plus heureux

La plupart des gens pensent qu’ils pourront être heureux une fois qu’ils auront la vie qu’ils désirent, à savoir le travail de leur rêve, la maison parfaite, la voiture qu’ils veulent depuis toujours, ou encore leur âme sœur. Ces personnes se créent donc des buts pour obtenir ces choses-là, et lorsqu’ils les ont obtenues, au lieu d’être enfin heureux comme c’était prévu, ils se créent de nouveaux buts, et repoussent ainsi leur bonheur toujours plus loin. La vérité est que le problème est pris dans le mauvais sens. Ce n'est pas en ayant l’environnement de nos rêves que l’on devient heureux, mais plutôt en devenant heureux que l’on crée l’environnement de nos rêves (cf. bienfaits du bonheur). L’environnement ne permet en réalité que de prédire 10% de votre bonheur. Les 90 autres pourcents dépendent de quelque chose d’encore plus important : la manière dont vous analysez le monde.

Lorsque vous regardez le journal, ou même lorsque vos amis vous racontent leur journée, vous entendez bien plus d’informations négatives que de positives. Dès lors, votre cerveau se dit que ce ratio de négatif/positif est le bon, et que c’est par ce ratio qu’il doit analyser le monde. Autrement dit, lorsqu’une chose se présente à lui, il aura plus de chance de l’analyser négativement que positivement. Or comme la qualité de votre vie dépend directement de la manière dont vous faites sens des choses qui se présentent à vous, ce ratio est ce qui vous empêche d’atteindre le bonheur. Si vous voulez atteindre le bonheur, vous allez donc devoir inverser ce ratio pour voir le monde comme il doit réellement l’être, à savoir positivement.

III. Les activités augmentant notre bonheur :

Activités pour devenir heureux

Les recherches en psychologie ont permis d’identifier de nombreux moyens d’inverser ce ratio et de vous permettre d’analyser le monde comme quelqu’un d’heureux le ferait. La méta-analyse que nous avons réalisée nous a permis d’identifier deux groupes d’activités : celles qui ne concernent que vous, et celles qui sont directement en relation avec les autres.

1. Comportements ne concernant que nous :

La première action que vous pouvez entreprendre pour vous rapprocher du bonheur est de vous montrer plus reconnaissant. Pour se faire, vous pouvez tenir un journal sur lequel vous écrirez chaque soir trois choses positives qui vous sont arrivées dans la journée. Le but étant d’entrainer son cerveau à rechercher les choses positives dans le monde qui l’entoure, et pas seulement les choses négatives comme celles présentées aux informations (Emmons & Mccullough en 2003 ; Statcher & Pennebaker en 2006). Mais si votre style de vie ne vous permet pas d’écrire chaque jour sur votre journal, sachez que, selon Lyubomirsky, l’exercice du journal a plus d’effet si on écrit 5 choses seulement 1 fois par semaine, plutôt que 5 choses trois fois par semaine.
Gardez aussi en tête que le fait d’analyser les moments passés négatifs de sa vie, en en discutant avec quelqu’un ou en écrivant dans son journal, augmente son bonheur. En revanche, concernant les évènements positifs, il vaut mieux savourer et les expérimenter de nouveau par la visualisation, que de les analyser (Wilson & Gilbert, 2003). Donc contentez-vous de les écrire, ne les analysez pas.

Deuxièmement, il faut aussi savoir que votre bonheur dépend de qui vous connaissez, ainsi que de vos buts. Pour cause, les recherches ont montré que pour être heureux, il est très important d’entretenir de très bonnes relations avec sa famille, ses amis, et les personnes qui nous ressemblent cognitivement et avec qui on ressent une certaine connexion. De plus, les personnes qui ont des buts et qui occupent leur temps pour atteindre ces derniers, au lieu de simplement regarder la télé ou de sortir en boîte pour « boire à outrance », sont généralement plus heureux que les autres.

Une autre recherche a montré que le fait de dépenser son argent pour des expériences (e.g. restaurant, théâtre, cinéma, sport…), plutôt que pour des bien matériaux, rend plus heureux en satisfaisant des besoins très importants comme le besoin d’être socialement connecté avec les autres, ou encore le fait de se sentir vivant.

En l’an 2000, Babyak avait aussi montré que le fait de faire du sport apprend au cerveau que la manière d’agir importe beaucoup, libère toutes sortes de substances bonnes pour le corps et le cerveau, et participe ainsi à vous rendre plus heureux. Mais le plus beau dans tout ça est que quinze minutes de marche rapide chaque jour suffisent pour atteindre ces bienfaits.

En 2007, c’est au tour de Dweck de trouver une autre activité permettant d’être plus heureux : la méditation. Cette dernière permet au cerveau de se remettre du trouble du déficit de l'attention culturel que nous avons créé en essayant de faire plusieurs tâches à la fois. C’est d’ailleurs grâce à ça que l’on sait que le fait de faire plusieurs choses à la fois (multitasking) rend malheureux sur le long terme.

Si vous avez besoin d’un petit boost de bonheur sur le court-terme, vous pouvez aussi regarder un film triste. Les recherches ont montré que cela attirait l’attention de la personne sur les éléments positifs de sa vie, et la rendait ainsi plus heureuse sur le court-terme.

2. Envers les autres :

« Dans le bonheur d'autrui, je cherche mon bonheur. »
de Pierre Corneille.
Tweetez votre amour des autres

La première action que vous pouvez entreprendre pour être plus heureux en ce qui concerne autrui, est le fait de vous montrer plus reconnaissant en envoyant une lettre de remerciement à quelqu’un de différent toutes les deux semaines. Dans cette lettre, vous pouvez simplement remercier la personne ou faire son éloge.

Vous pouvez aussi utiliser votre argent pour acheter votre bonheur. Comment ? En le dépensant pour faire plaisir aux autres (e.g. en achetant des cadeaux à vos amis, ou en donnant à une organisation ou un mouvement de charité). Dunn a par exemple montré que le simple fait de dépenser $5 est suffisant pour se sentir plus heureux dans une journée.

Et la dernière action que vous pouvez entreprendre, pour être plus heureux et vous rapprocher du bonheur, est le fait de faire des actes de gentillesse de manière aléatoire (Lyubomirsky en 2005), et c’est d’autant plus efficace lorsque ces actes sont variés. Autrement dit, faire quelque chose de gentil pour quelqu’un d’autre, comme simplement envoyer un email à une personne de son groupe social en faisant ses louanges ou en la remerciant, le fait de donner des fleurs à une vieille dame dans la rue, ou encore aider votre voisin à mettre sa machine à laver dans son camion vous rendra plus heureux.


C’est ainsi que s’achève ce cours. Si vous devez retenir une seule chose, gardez en tête que votre bonheur est déterminé par la manière dont vous analysez les informations qui se présentent à vous. Alors montrez-vous plus positif, plus optimiste envers le monde, et votre bonheur sera assuré. Retenez aussi que le bonheur n’est pas une quête, c’est une manière d’être, de vivre, et de penser que vous pouvez apprendre et internaliser en peu de temps, et ce, surtout si vous utilisez les exercices que la recherche en psychologie a su découvrir. Ce sont des outils dont l’efficacité pour vous rendre plus heureux est scientifiquement prouvée, alors ne passez pas à côté de votre chance, changez votre vie dès aujourd’hui, et aidez-nous ainsi à créer un monde durablement meilleur.

Votre mission

Durant la semaine qui suit, chaque jour tu écrieras sur un journal trois choses positives qui te sont arrivées dans la journée, trois choses pour lesquelles tu es reconnaissant.

La bibliographie, parce que ce qu’on vous dit ne sort pas d’une discussion de comptoir !

Conférence :

Recherches scientifiques :